lundi 11 avril 2011

Visite de la Darunothaï School pendant les inondations


 Après les dernières inondations de Novembre 2010 qui avaient déjà bien endommagé le Sud de la Thaïlande, de nouvelles pluies s'abattent à nouveau et sans discontinuité sur les mêmes régions pendant plus d'une dizaine de jours en cette fin de mois de Mars, alors que nous sommes entrés en pleine période de la saison "sèche".


A cette occasion, je vous offre une petite visite de notre école, un des lieux les plus touchés de la ville en raison de sa situation géographique, longée par une rivière régulièrement en crue chaque année.
Ce mois-ci la hauteur de l'eau est montée jusqu'à 1 mètre 50.

Tout d'abord voici l'église et le Père de notre école, habillé pour l'occasion :


Jésus, notre sauveur :


 Une fois arrivé en bateau, on peut toujours accéder à l'autel sans se mouiller plus haut que le genou. 

 

Toujours par la voie des eaux et avec l'autorisation de la Sœur, il vous est possible d'accéder aux bâtiments de l'école.


Tout d'abord l'accueil :


La cantine et les cuisines :


La cour transformée en piscine et les jardins :




Enfin les bâtiments intérieurs...


Lorsque l'eau baisse et après s'être bien amusés, on peut s'apprêter à une prière :


Même la piscine commence à retrouver son niveau normal :


Et puis c'est le retour aux choses sérieuses : il faut s'atteler au nettoyage, aux estimations des nombreux dégâts et au remplacement du matériel ; un budget conséquent pour le gouvernement quand on sait qu'il avait déjà été remplacé il y a 4 mois à peine, lors des inondations de Novembre.


Si les Thaïs font part d'un optimisme et d'une solidarité étonnante lors de ce genre d'évènements, il faut savoir que de nombreux dégâts matériels et humains pourraient être évités. Malheureusement, en l'absence de lois classifiant les terrains d'inondables, les habitations s'accumulent le long des cours d'eau et la déforestation liée à l'exploitation agricole massive entraîne le risque de coulées de boue meurtrières lors d'inondation. Elles ont encore entraînées la mort d'une quarantaine de personnes dans les régions voisines et à Trang même.


chute de rochers à Kho Samui
Le gouvernement se montre très présent pour subvenir aux réparations publics mais ne pousse pas pour autant les gens à devenir plus responsables en interdisant de construire près d'un cours d'eau. Il ne prévient pas non plus sur les risques encourus pendant les catastrophes naturelles, celles-ci parfois amplifiées par l'activité humaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire