mercredi 3 novembre 2010

Inondations du sud de la Thaïlande

 
 Les pluies continuelles qui ont débuté le 30 octobre ont finalement cessé trois jours plus tard ne laissant présager rien de bon. Construite au ras de la rivière, notre école fut un des premiers bâtiments de Trang  à être touchés par ces inondations et a dû être fermée dès mardi pour une durée d'au moins cinq jours. Mais l'eau n'aura mis qu'une nuit pour arriver dans le reste de la ville.


En effet, s'il a cessé de pleuvoir depuis hier, l'eau néanmoins continue d'arriver des montagnes voisines constamment ceinturées de nuages violacés. Et le niveau grimpe en ville à la vitesse constatée de 4cm par heure. C'est donc sans surprise que nous avons observé ce matin les premiers dégâts sur les routes et dans certains bâtiments à proximité immédiate des cours d'eau et des rivières qui traversent la ville. D'après les habitants, une telle inondation n'avait pas eu lieu depuis décembre 2006.





Nous avons profité de l'accalmie d'aujourd'hui pour prendre quelques clichés de Trang sous les eaux. Et il me semble que ça n'est pas encore fini car, en écrivant ceci, j'entends déjà gronder l'orage. Encore un peu moins d'un mètre et nous aurons nous aussi les pieds dans l'eau. Nous avons pu de justesse acheter au magasin quelques litres d'eau en prévisions d'un gel complet des voies de communications. Les routes d'Had Yai ,vers le sud, et de Phatthalung, vers l'est, ne sont déjà plus praticables. 



 Et le bus ne passera pas aujourd'hui... ni demain.


Le pré en face de chez nous ressemble déjà à un gigantesque marais dont les aigrettes, jamais visibles en temps normal, semblent hébétées d'avoir sans doute à refaire leur nid, ou bien,  comme certains habitants, profitent-elles d'un plus large espace de pèche.


Malgré plus d'une centaine de morts à déplorer dans l'ensemble du pays, les habitants n'ont pas l'air de paniquer. Les gens regardent la TV quand bien même les eaux menaceraient leur maison. Certains s'amusent de voir le passage de voitures là où d'autres ont déjà prévu de passer en barque.



Mais ce grossiste évacue comme il peut le riz de son entrepôt.



Dans les campagnes on joue, on s'adapte mais on surveille.



 Les Thaïs ont la sagesse de ne pas paniquer et de ne pas se ruer dans les magasins pour acheter de quoi boire et s'éclairer. Ils ont déjà vécu cela de nombreuses fois et y ont survécu, cette fois n'est pas différente des autres.



Nous tiendrons le blog à jour (en vacances forcées nous en aurons le temps) en fonction des événements, certains en prédisent déjà la fin, mais nous voyons que pour le moment l'eau va plutôt dans le mauvais sens...


1 commentaire:

  1. Ben voilà...on décolle le 11 novembre...et on doit passer par Trang...d'ici là, la situation se sera sans doute améliorée, il doit y avoir de gros dégats pour les habitants, c'est trés impressionant! J'ai découvert votre blog en cherchant des infos sur la situation des inondations, restez zen, enfin Thaï! Salut, Sabine (Niçoise comme la salade).

    RépondreSupprimer